• Fin du voyage.
    Nous avons parcourus environ 2300 kms.

    Le prochain en octobre de la même année, les villes impériales.

    chameau-004.gif


    6 commentaires
  • inezgane.JPG marché tradionnel ou l'on trouve de tout... inezgane1.JPG   inezgane2.JPG   inezgane3.JPG   inezgane4.JPG

    soleil020.gif

    4 commentaires
  • La kasbah


    kasbah.jpg Du sommet de la colline, elle surplombe la ville depuis sa construction, en 1540. Son bâtisseur, Mohammed el-Cheikh, s’en servit pour mener le siège de la ville, puis pour se protéger des offenseurs Portugaises. Depuis le tremblement de terre de 1960, il ne subsiste que le mur d’enceinte et la porte d’entrée. L’inscription en néerlandais qui y’ est inscrite (« crains Dieu et honore ton roi ») rappelle que les Hollandais y établirent un comptoir en 1746.

     

    kasbah2.JPG










     

     

    La ville et son artisanat

    souk-agadir.JPG L’ancien souk est installé dans un gigantesque parc entouré de murailles crénelées, c’est l’un des plus grands du Maroc.

    On y retrouve tous les produits du sud, les cuirs, les tapis sont confectionnés sur place, les bijoux proviennent de Taroudant et de Tiznit, les poteries de Safi.

    Il faut diviser les prix par 3. souk-agadir1.JPG

    amiafvp4.gif


    4 commentaires
  • plage.JPG  Agadir veut dire grenier.

     

    La ville fut entièrement détruite par un tremblement de terre, en 1960, qui causa au moins 15 000 morts. Agadir est redevenue prospère, puisqu’elle est une des destinations privilégiées des touristes, mais elle a été entièrement reconstruite avec force béton. Le front de mer est occupé, tout le long de sa fabuleuse plage, par des hôtels qui succèdent aux clubs et aux résidences.

     

    L’intérêt d’Agadir réside dans son climat exceptionnel (300 jours d’ensoleillement par an !) et la beauté de sa plage de sable fin, qui court sur plusieurs kilomètres. Le développement des infrastructures touristiques a également conduit à la mise en place de toutes sortes de sports nautiques : voile, scooter des mers, etc… La plupart des grands hôtels proposent, outre leurs parasols et leurs chaises longues, des activités comme la pêche.

    Le port

    La ville est le 1er port de pêche du Maroc et la capitale du Sous.

     

    Certaines parties sont envahies de vieux bateaux, les filets et les casiers ajoutent à l’impression de désordre qui y règne.


    port1.JPG   port2.JPG

    port3.JPG


     

     

    soleil012.gif


    votre commentaire
  • La route côtière venant d’Essaouira est la plus belle de toute la côte Atlantique, avec ses montagnes pelées, ses falaises et ses vues panoramiques sur l’océan. 

    Pendant notre route... IMAG0140.JPG  des chèvres broutent dans les arganiers, et elles n'ont pas peur... ch--vres.JPG  et sont vraiment agiles ch--vres2.jpg

    gifs3.gif

    2 commentaires
  •  

    « La citadelle des caravelles »

     

      essaouira.jpg

     

    Cette ville portuaire, très ancien port de pêche et récente station balnéaire, est assurément le plus agréable lieu de villégiature de la côte atlantique. La température y est relativement stable toute l’année (autour de 25°C), ce qui en fait une ville fraîche l’été et assez chaude l’hiver, aux éblouissants murs de chaux blancs, ocre et bleus de la médina.

    LE PORT

    Au pied des remparts et à l’extrémité de la longue plage de sable fin qui borde la ville, le port n’est plus un centre important du trafic maritime marocain.

     

    C’est pour son animation matinale que le port est renommé. Dès les premières heures les barques des pêcheurs s’entassent dans un désordre indescriptible autour des docks et les poissonniers installent leurs étals. La criée est le moment idéal pour déambuler et goûter une de ces fritures. L’accueil sera toujours chaleureux. IMAG0125.JPG

    L'ARTISANAT

     

    Les souks sont dispersés au hasard des larges rues de couleur bleue et blanche. Une grande animation règne dans ces artères qui abritent des ateliers d’artisans et où, derrière des monticules d’épices et de fruits, les marchands attendent les chalands.

     

    Plus loin, les rues se resserrent et la chaux blanche cède la place à un enduit ocre. De nombreuses façades arborent encore des grillages de fer blanc dans le style andalou et portugais du XVIIème  siècle et les portails en pierre de taille sont finement sculptés et ornés de zelliges

    essaouira2.JPG


    p840zoci.gif

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique