• Pendant ce temps, les Turcs ottomans, apparus en Asie centrale vers le IXème ap. JC., achèvent leur conquête de l’Asie Mineure. Les Ottomans regagnent les frontières de l’empire byzantin, s’emparant de Constantinople en 1453. En 1517 le sultan Soliman le Magnifique, convoitant l’Egypte, ne rencontre aucune opposition effective des mamelouks, qui se révèlent incapables de s’unir pour résister aux Turcs. Durant les trois siècles suivants (jusqu’après la Seconde Guerre mondiale), l’Egypte demeure sous la suzeraineté de l’Empire ottoman qui s’étend des Balkans à la mer Rouge, et elle est dirigée par une succession de gouverneurs (pachas) nommés par le sultan de Constantinople. Si l’Egypte devient une région isolée de l’Empire, l’université islamique d’Al-Azhar, fondée en 973, demeure le centre théologique le plus important de tout le monde musulman.

    LA HIERARCHIE OTTOMANE

    (gouverneurs militaires de provinces). En dessous, les gouverneurs régionaux, parfois chefs héréditaires, s’appelaient les Si l’empereur de Constantinople était désigné en Occident sous le nom de Sultan (titre séculaire), pour ses sujets il était le calife, ou chef suprême de tout l’Islam et successeur de Mahomet. Il dominait un système hiérarchique complexe. Au XIXème siècle, les souverains d’Egypte devinrent des Khédives – dynastie de rois presque indépendants qui payaient tribut au sultan. Ils étaient auparavant simples Walis (vice-rois) ou pachasbeys.
    undefined

     


    votre commentaire
  • Les héritiers de Saladin règnent jusqu’en 1250, date à laquelle le trône passe par le mariage aux mains d’Aybak, chef des mamelouks. Ce corps d’élite de soldats-esclaves devient alors l’organe politique et militaire le plus puissant d’Egypte, et les sultans mamelouks règnent à partir du Caire pendant les trois siècles qui suivent. Leur loi, impitoyable, est souvent corrompue par la trahison et la duperie.

    undefined

    votre commentaire
  • En 1079, les chevaliers d’Europe occidentale de la première croisade arrivent en Palestine avec l’intention de chasser les musulmans de la Terre sainte et de reprendre Jérusalem pour la chrétienté. Les croisés créent une succession de petits royaumes et duchés le long de la côte méditerranéenne. Avec l’aide de renforts venus d’Europe, ils prennent de l’expansion, s’emparant de Jérusalem en 1099. Au milieu du XIIème siècle ils menacent l’Egypte, mais le chef musulman Kurde Salah al-Din (Saladin) leur inflige une défaite décisive. Jérusalem est reprise en 1187 et les royaumes des croisés sont entièrement reconquis. Saladin se proclame ensuite chef de l’Egypte, fortifiant Le Caire et élevant la massive citadelle qui se dresse toujours au cœur de la ville ancienne.

     SALADIN

    Salah al-Din Yusuf al-Ayyubi n’était pas arabe, mais Kurde musulman. A la tête de l’armée de l’émir (roi) de Syrie, Nur al-Din, il participe à la conquête de l’Egypte, se proclamant ensuite vice-roi sous le calife de Bagdad, qui le confirme sultan d’Egypte et de Syrie en 1174. Après avoir conquis la Mésopotamie (actuel Iraq), il attaque les royaumes de Terre sainte des croisés, leur infligeant une défaite écrasante à Hattin en 1187. La troisième croisade, conduite par le roi d’Angleterre Richard Cœur de Lion, arrête son expansion et le contraint à céder les cités de la côte méditerranéenne, ainsi qu’à autoriser les pèlerins chrétiens à entrer dans Jérusalem. Les croisés considéraient Saladin comme leur ennemi le plus digne et le plus honorable, et sa dynastie régna sur la Syrie jusqu’à son renversement par les mamelouks en 1250.


    llllllllllllllllllllllllll.jpg



    votre commentaire
  • L’Egypte est protégée par la distance des invasions barbares en provenance de l’est et du nord qui renversent l’Empire d’Occident en 476 ap. JC. Elle est également préservée de l’état de guerre permanent qui sévit sur les autres frontières de Byzance. La montée de l’islam est rapide et imprévue. En 640 ap. JC. – 18 ans seulement après le début du calendrier islamique – les bannières de la nouvelle foi militaire envahissent l’Egypte sur les lances des cavaliers arabes. Le Caire tombe aux mains des Arabes en 641, Alexandrie en 642. Pendant les deux siècles suivants, les émirs musulmans d’Egypte deviennent les vassaux du califat abbasside de Bagdad, alors capitale du monde islamique. En 878, Ibn Tulun, gouverneur d’Egypte, se proclame chef indépendant du pays. A sa mort, toutefois, le califat reprend le contrôle de l’Egypte, qui est gouvernée par les vassaux de Bagdad jusqu’en 969, date de sa conquête par les califes fatimides de Kairouan. Les premiers califes déplacent leur capitale de la Tunisie vers le Nil, fondant une nouvelle cité dénommée de manière appropriée al-Qahira (la Victorieuse). Le Caire devient rapidement l’un des centres politiques, religieux et culturels les plus prestigieux du monde islamique.


    undefined


    votre commentaire
  •          Au 1er siècle ap. JC., la montée du pouvoir romain menace les frontières égyptiennes. Ptolémées XII tient les Romains à distance par sa diplomatie. Son successeur, Cléopâtre VII [1], tente d’éviter les conquêtes par des alliances et des complots amoureux, avec Jules César, puis avec Marc Antoine. L’assassinat de César est suivi d’une guerre civile, d’abord entre ses adeptes et les assassins, puis entre Octave, neveu adoptif de César, et son ancien allié Marc Antoine. Octave écrase les forces alliées d’Antoine et Cléopâtre à Actium, sur la côte grecque, et s’empare d’Alexandrie en 30 av. JC. Après le suicide d’Antoine et Cléopâtre, l’Egypte est annexée à l’empire romain ; elle restera province romaine pendant les sept siècles qui suivront. Le christianisme est introduit par saint Marc en 45 ap. JC., mais avec la division de l’empire en deux en 379 ap. JC., celui de l’est et celui de l’ouest, l’Egypte passe sous la loi de Constantinople, capitale de l’empire romain d’Orient (Byzance).



    [1] CLEOPATRE

    Cléopâtre VII mit à profit son pouvoir de séduction pour faire de l’Egypte un allié de Rome, plutôt qu’un simple territoire conquis. Après l’assassinat de Jules César, elle parvint à subjuguer son lieutenant, Marc Antoine. L’Egypte fut ensuite impliquée dans la guerre entre Antoine et son rival Octave pour le contrôle de Rome. Octave écrasa la flotte d’Antoine et Cléopâtre en 30 av. JC à Actium, sur la côte grecque. Antoine se suicida et Cléopâtre mit fin à ses jours en se faisant mordre par un aspic.


    undefined



    votre commentaire
  • De leur capitale à Alexandrie, les rois ptolémaïques intègrent l’Egypte au monde hellénistique méditerranéen. Ils sont à leur tour influencés par la culture égyptienne. A Alexandrie, ils construisent la célèbre bibliothèque et le Pharos (phare), l’une des sept merveilles de l’Ancien Monde répertoriées par le voyageur et historien Hérodote. Ptolémée III agrandit l’ensemble de temples de Karnak et entreprend l’édification du temple d’Edfou ; à Ptolémée IV nous devons les temples d’Esna et de Kom Ombo ; à Ptolémée XII, ceux de Dendérah, Edfou et Philae.

    LE GENIE GREC

    Sous les Ptolémées, les Grecs hellénistiques d’Alexandrie étaient les technologues les plus inventifs de l’époque. Une grande partie de leur travail a été perdue suite à la destruction de la grande bibliothèque d’Alexandrie, mais grâce à des fragments de textes de documents concernant des ouvrages publics, civils et militaires, nous connaissons certaines de leurs créations les plus impressionnantes : un Dionysos d’Alexandrie a inventé le polybolos, arbalète montée sur un trépied, destinée à chasser les pirates. Son contemporain, Héron, a mis au point une pompe pour combattre le feu, ainsi qu’une machine à vapeur à propulsion par réaction. Pendant ce temps, à Alexandrie, on construisait les plus grands navires de guerre jamais vus. Callixenus de Rhodes, écrivain du IIIème siècle av. JC. a décrit un gigantesque trirème de 140 m de long, pouvant accueillir un équipage de 4 000 rameurs et 2 850 fusiliers.

     

    LA BIBLIOTHEQUE D’ALEXANDRIE

    On a souvent attribué aux conquérants arabes du VIIème siècle le sac de la bibliothèque d’Alexandrie, crée sous les Ptolémées – qui fut un temps la plus importante concentration de savoir au monde. Alexandrie fut assiégée et brûlée par les Arabes en 646, mais les manuscrits de la bibliothèque avaient été déjà en partie brûlés – par des évêques chrétiens qui avaient frappé d’anathème les connaissances séculières et la philosophie païenne. Ou par des moines qui recyclèrent les précieux parchemins pour écrire des textes chrétiens. Par comparaison, les souverains arabes étaient de grands protecteurs des sciences et des arts.




    lllllllllllll.jpg


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique