•          Si la constitution garantit officiellement la liberté de religion, l’islam est reconnu comme la doctrine officielle de l’Egypte. Les Egyptiens sont généralement dévots, sans être fanatiques Le plus petit village possède sa mosquée, et l’université millénaire d’al-Azhar au Caire représente l’un des hauts lieux du monde islamique (sunnite).

     

             Néanmoins, la société égyptienne dans son entier prend ses distances par rapport à certaines interdictions de l’islam. Même dans les villages ruraux où la tradition islamique est plus enracinée que dans les classes moyennes des villes, les femmes participent à la vie quotidienne, elles ne sont pas contraintes de revêtir le voile, même si certaines portent toujours le foulard.

     

             Toutefois, ces pratiques ne sont pas partagées par les musulmans intégristes, qui souhaitent rétablir les diktats de la loi coranique dans la vie courante. Le mouvement intégriste compte des musulmans qui entendent parvenir à cet objectif par des moyens pacifiques. Mais il rassemble aussi des extrémistes, qui s’emploient à déstabiliser le pouvoir par des actes terroristes perpétrés contre les touristes ainsi que contre les responsables politiques. En l’absence d’une véritable opposition séculière au parti dirigeant, le radicalisme islamique séduit les jeunes Egyptiens de la classe ouvrière qui voient s’élargir le fossé entre les riches et les pauvres, malgré – ou peut-être à cause des progrès économiques.

     

             C’est à l’occasion des grandes fêtes du calendrier musulman que l’Egypte manifeste le plus sa ferveur religieuse. Pendant le ramadan, lorsque les musulmans pratiquants jeûnent du lever au coucher du soleil, les bars des hôtels refusent parfois de servir de l’alcool, tandis que les restaurants et cafés à l’extérieur des grands hôtels se montrent encore plus stricts. Mais pour compenser ce renoncement, la fête d’Eid el-Fitr clôture le ramadan par des festins, des feux d’artifice et des réjouissance en plein air.

     

             Environ 90 % de la population du pays est musulmane.   La plupart des 10 % restants sont adeptes de la doctrine chrétienne copte[1] , introduite en Egypte par Saint Marc il y a près de deux millénaires. La liturgie et le rituel coptes sont très proches de ceux des Eglises grecque et russe orthodoxe, et comme les chrétiens orthodoxes, les coptes sont très monastiques. L’adhésion de l’Eglise égyptienne à la doctrine monophysite, qui ne reconnaît qu’une nature au Christ, a conduit à sa séparation de l’Eglise chrétienne en 451 ap. JC. L’isolement des coptes a été renforcé par la conquête de l’Egypte par l’islam. Aujourd’hui, les monastères du désert occidental constituent le centre de la tradition copte, mais plusieurs églises anciennes survivent au Caire et à Alexandrie.



    [1] PAPES COPTES

    Les patriarches de confession copte se battent depuis toujours pour préserver leur droit à statut égal avec les pontifes des Eglises catholique, grecque orthodoxe et russe orthodoxe, tout en cherchant à convaincre leurs compatriotes musulmans que les coptes sont également des patriotes égyptiens. En 1996, le pape copte Shenouda III a interdit à ses adeptes de visiter les lieux chrétiens de pèlerinage à Jérusalem pour protester contre le blocage du processus de paix par Israël au Moyen-Orient. Destinée à aligner les coptes d’Egypte avec le camp arabe, cette initiative a par là même transformé Le Caire en « Nouvelle Jérusalem » pour les coptes ; en effet, le gouvernement avait enfin accepté de débloquer des fonds pour restaurer les lieux de culte proches de l’abandon comme l’église de la Vierge, du Xème siècle, dédiée à la Vierge Marie, pour laquelle un programme de restauration de 6,7 millions de dollars a débuté en 1998.


    SUNNITES ET CHIITES

    La plupart des Egyptiens sont musulmans de confession sunnite, qui a supplanté la version shiite ou fatimide de l’islam au cours du VIIIème siècle ap. JC. Les shiites prétendent que seul un descendant du prophète Mahomet (par sa fille Fatima et son gendre Ali) a le droit au titre de chef de l’islam. Ali et ses fils, Hassan et Hussein, ont été tués dans la lutte pour le pouvoir entre les fatimides et les sunnites (qui reconnaissent plus volontiers un dirigeant séculier), après la mort de Mahomet. La tête de Hussein a été enterrée en 1153 dans la mosquée Sayyidna al-Hussein, à l’angle de Sharia el-Hosny, dans le quartier du bazar du Caire.



    Egypte-17.gif



    votre commentaire
  •          L’arabe est la langue qui prévaut en Egypte, de même que dans l’ensemble de l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Si la version égyptienne diffère considérablement de l’arabe du Maroc, par exemple, la forme écrite est identique à travers les pays du monde arabe. L’écriture arabe se lit de droite à gauche et l’alphabet compte 28 lettres. Celles-ci ne peuvent pas toujours être transcrites dans les autres langues : ainsi, les sons gutturaux, représentés sous la forme Q, Kh ou G, posent des problèmes spécifiques, de même que les voyelles Soulignons à ce propos que, sur les cartes et dans les guides locaux, les noms de lieux apparaissent souvent sous diverses variantes (Qéna / Kena, Edku / Idfu, Saqqara / Sakkara).

     

             Si les Egyptiens ne se sentent pas supérieurs aux autres Arabes, ils sont conscients de leur identité et fiers de leur cosmopolitisme, façonné par l’influence du nationalisme sous Nasser, le français était la seconde langue des classes instruites ; le grec représente la première langue de la communauté marchande d’Alexandrie, tandis que, sous le protectorat anglais, l’anglais est venu s’ajouter au patrimoine linguistique local. Ainsi, de nombreux Egyptiens – et presque tous les acteurs de l’industrie du tourisme, des chameliers et capitaines de felouques au personnel des hôtels de luxe – parlent et comprennent l’anglais, mais aussi, dans une certaine mesure, le français, l’allemand et l’italien.

     

             Comme partout dans le monde, les Egyptiens apprécient les touristes qui connaissent au moins les rudiments de leur langue.


    Egypte-11.gif


    votre commentaire
  •        Plus de 95 % des 68 millions d’habitants sont concentrés dans la vallée du Nil et le delta, de 18 à 20 millions de personnes vivant dans la chaotique zone urbaine du Caire. L’exode vers la capitale s’est accéléré dans les années 1980 et 1990, lorsque les jeunes ont décidé d’abandonner les conditions de vie rudes et le rythme indolent de l’existence villageoise pour les lumières du Caire et des autres métropoles. Mais comme celle du pays tout entier, la population du Caire s’accroît considérablement, conséquence d’un taux de natalité élevé et d’une espérance de vie plus longue, en raison d’une meilleure qualité de vie – eau, alimentation, santé. La population augmente actuellement de 1,25 millions par an, ce qui pourrait avoir des conséquences dramatiques.

     

             La population des grandes villes – notamment Alexandrie et Le Caire – était auparavant cosmopolite. La ferveur nationaliste de la république de Nasser, associée à la naissance d’Israël, a conduit à la confiscation de la propriété privée aux mains des étrangers et au départ des minorités grecque et juive, relativement importantes. Actuellement, l’Egypte est sans doute moins cosmopolite qu’à toutes les périodes de sa longue histoire.

     

             [1]Il existe d’énormes différences entre la vie des citadins et celles des villageois du delta et du Nil, ces disparités tendant néanmoins à s’estomper avec l’arrivée de la télévision et de la vidéo, qui apportent une vision (bien que déformée) du monde extérieur jusque dans les villages les plus retirés. Les Egyptiens des villes partagent les mêmes préoccupations que les citadins du monde entier. Métropoles résolument modernes, Le Caire et Alexandrie abritent des vestiges de l’Egypte ancienne et médiévale, qui semblent parfois sur le point d’être engloutis sous les voitures et les constructions nouvelles. A la campagne, en revanche, les villages ont conservé un rythme de vie beaucoup plus traditionnel. La plupart des villageois se lèvent avec le soleil, et l’âne, la charrette à bœufs et les felouques l’emportent encore comme moyens de transport sur le camion de ramassage. Tout village digne de ce nom possède une mosquée, l’appel à la prière ponctuant la journée. Mais pour les jeunes villageois, les routes modernes, le chemin de fer et les transports aériens impliquent que les tentations de la ville ne sont jamais bien loin.

     

             Si la population se répartit entre les grandes métropoles, les petites villes et les villages agricoles, quelques milliers de nomades pasteurs sillonnent toujours les déserts à l’est et l’ouest du Nil et les terres désolées du Sinaï. Ces bergers bédouins résistent à la volonté du gouvernement de les regrouper dans des villages, s’accrochant à un mode de vie hors du temps qui a peu évolué au fil des siècles. Presque aussi intemporels, les villages éparpillés autour des oasis fertiles du désert occidental ne sont reliés que récemment aux rives du Nil par des routes modernes. Dans l’extrême sud, à la frontière de l’Egypte et du Soudan, vivent des villageois nubiens à la peau noire, qui sont adeptes de l’islam et de langue arabe, mais qui sont ethniquement plus proches des peuples d’Afrique centrale.

     

             Le peuple occupant l’oasis de Siwa constitue une petite minorité ethnique descendant des Berbères venus du nord pour se fixer là il y a plusieurs siècles. Ils ont conservé la plupart de leurs coutumes et même leur propre langue[2].



    [1] LES HOMMES

    La plupart des Egyptiens sont de races mixtes, descendants d’Arabes, Egyptiens anciens, Berbères, Grecs et Turcs, parmi d’autres origines. Les Nubiens, à l’extrême sud, forment une peuplade distincte, parlant sa propre langue. Quant aux Bédouins, qui vivent dans les déserts du Sinaï et de l’ouest, ils descendent des Arabes de la péninsule arabique.

     

    [2] LE SPORT

    Le football est le sport favori des Egyptiens, les deux principales équipes, Ahly et Zamalek (otiginaires du Caire) étant soutenues par de fervents supporters. Toutefois, l’Egypte s’est fait peu remarquer sur la scène internationale. La plupart des grandes villes possèdent des piscines et les Egyptiens avisés pratiquent le tennis et l’avion. Des courses de chevaux et de chameaux ont lieu dans le désert, notamment dans les régions bédouines La plongée est de plus en plus prisée des Egyptiens et des touristes, tandis que la population locale apprécie la planche à voile sur les côtes de la Méditerranée et de la mer Rouge.

    Egypte-14.gif

    de



    votre commentaire
  •          Depuis le renversement du dernier monarque égyptien suite au coup d’Etat militaire conduit par Nasser en 1953, l’Egypte est officiellement une république démocratique. Sous Nasser, toutefois, l’Egypte est en fait une dictature dominée par un parti unique, le Parti démocratique national, qui menace gravement les libertés civiles et celles des médias. Si le parti démocratique demeure une force incontestée de l’échiquier politique, on assiste cependant, sous Anouar el-Sadate et Hosni Moubarak (successeurs respectifs de Nasser), à un assouplissement des restrictions sur les médias ainsi que de l’emprise du parti sur la vie politique. Aujourd’hui, plusieurs petits partis d’opposition sont représentés au sein de l’Assemblée du peuple, le parlement égyptien, mais le Parti démocratique semble bien en place, du moins pour quelques temps.

     

             Le président, chef de l’Etat et leader politique à part entière, est élu pour six ans. Chef des forces armées, il nomme le vice-président, le premier ministre, les gouverneurs régionaux, les chefs de la police et autres grands officiels, exerçant ainsi son népotisme. Les lois sont votées en partie par décrets présidentiels, plutôt que par le parlement, et il n’existe pas de réel système de contrôle politique et judiciaire. Le parlement regroupe deux chambres, une assemblée consultative nommée, qui n’a aucun pouvoir législatif, et l’Assemblée du peuple, corps législatif élu tous les cinq ans au suffrage universel.

     

             Les décrets gouvernementaux ont permis a l’Egypte d’abolir des politiques économiques qui s’avéraient de moins en moins appropriées. Sous Nasser, l’Egypte a poursuivi le rêve soviétique d’une économie politiquement planifiée, des conseillers venus d’URSS ayant été à l’origine de projets grandioses de modernisation. Des chefs-d’œuvre ont vu le jour, notamment le haut barrage d’Assouan, capable de fournir au pays un approvisionnement quasi illimité en hydro-électricité. La plupart des projets ont néanmoins échoué. Nasser a nationalisé de nombreuses industries et entreprises. Parmi les victimes de cette politique, citons la vaste communauté gréco-égyptienne d’Alexandrie, qui a quitté en partie l’Egypte pour la Grèce, emportant avec elle son savoir-faire, ses capitaux, ses relations et mettant un terme à des liens vieux de plus de deux millénaires entre l’Egypte et la Grèce.

     

             Pendant les années 1980 et 1990, le gouvernement a poursuivi une politique économique plus libérale, diminuant le contrôle des changes et les restrictions sur les capitaux privés, encourageant les investissements à l’intérieur du pays et reconnaissant que le libre marché pouvait s’avérer une force de modernisation plus puissante qu’une planification inefficace imposée par le gouvernement.

     

             Depuis la fin des années 1970, le tourisme est devenu un facteur important de l’économie, notamment dans des régions comme Le Caire et LouXor, qui attirent les visiteurs européens depuis le XIXème siècle, mais aussi dans des sites comme Hourghada et les stations balnéaires du Sinaï, où il représente désormais la principale source d’emplois et de devises étrangères. Néanmoins, l’apparition d’un groupe de terroristes islamiques intégristes voués à la destruction violente du gouvernement et visant délibérément l’industrie touristique, a gravement sapé l’avenir du tourisme en Egypte – le nombre des visiteurs a chuté de 60 % après le massacre d’un groupe de touristes étrangers à LouXor en novembre 1997. Le tourismes est de nouveau en hausse[1] [2].



    [1] L’EDUCATION

    L’école est obligatoire de six à douze ans. Les écoles publiques sont gratuites, mais il existe aussi des établissements privés et islamiques. Les élèves qui fréquentent l’enseignement secondaire peuvent étudier ensuite dans les universités et les établissement techniques. L’Egypte compte plusieurs universités prestigieuses.

     

    [2] AL-AZHAR

    Vieille de plus d’un millénaire, l’université al-Azhar exerce toujours une influence considérable sur l’ensemble du monde islamique. Ses étudiants sont originaires d’Egypte et des pays arabes voisins, tels la Mauritanie et le Maroc, mais aussi de nations musulmanes plus lointaines comme l’Indonésie et la Malaisie. L’université attire en outre des spécialistes de l’islam provenant de communautés musulmanes établies en Europe, en Afrique de l’Est et du Sud, et en Amérique du Nord. Les étudiants étrangers sont hébergés gratuitement et beaucoup bénéficient d’un système de bourses existant depuis des siècles, et financées par de riches philanthropes.


    undefined



    votre commentaire
  • L’avifaune est abondante dans le delta. Les marais salants et lacs saumâtres qui longent la côte attirent d’immenses colonies d’oiseaux migrateurs. Les hérons, les aigrettes, les martins-pêcheurs, les marabouts, les vautours, les passereaux, les loriots, les flamants, les pélicans, les oies. Les mammifères : chauve-souris, chacals, gazelles du désert, ânes sauvages, chameaux, mulets. Les récifs de la mer Rouge sont réputés auprès des plongeurs du monde entier pour la diversité de leur étonnante vie sous-marine, invertébrés, coraux, requins, raies, mérous, murènes.

    Le dattier, l’un des emblèmes de l’Egypte, pousse dans tout le pays, notamment dans les jardins et les cours. Dans les oasis du désert occidental, des milliers de dattiers fournissent à la population l’alimentation de base.


    OUM KALSOUM

    La voix féminine que vous entendrez chanter des complaintes égyptiennes dans votre hôtel, à la radio, dans le bus ou le taxi est vraisemblablement celle d’Oum Kalsoum (l’astre de l’Orient). La chanteuse égyptienne, disparue en 1975, a profondément influencé la musique égyptienne moderne, mais aussi celle de tout le monde arabe. Devenue célèbre à un tournant de l’histoire de l’Egypte, elle est toujours perçue comme l’une des voix du peuple égyptien.

    Plantes de l’ancien Monde 

    Utilisé par les anciens Egyptiens pour fabriquer le premier papier du monde, le papyrus ne pousse plus en abondance au bord du Nil, mais on peut le découvrir dans les jardins botaniques, comme celui de l’île Kitchener – ou île des Fleurs – à Assouan. Sacrée pour les pharaons, la fleur de lotus figure couramment sur les peintures et dans la statuaire, notamment sur les chapiteaux de colonnes. On peut admirer des fleurs de lotus dans la région marécageuse du delta du Nil.

     

    Pur-sang arabes

    On considère que les chevaux représentés sur des inscriptions égyptiennes remontant à 1400 av. JC. Seraient les ancêtres de l’espèce dénommée aujourd’hui arabe. Dans le haras d’Al-Zahraa, à 20 km du centre du Caire, rassemble plus de 250 juments et 130 étalons. Le haras est le premier d’Egypte, employant 2 000 personnes.


    vacance_45.gif


    4 commentaires
  • Si vous utilisez des pellicules spéciales, pensez à en emporter suffisamment. Vous ne trouverez en Egypte que les modèles les plus courants, qui ne sont pas toujours stockés dans les meilleures conditions Les travaux de développement ne sont guère satisfaisants en Egypte. Prenez de préférence les photos tôt le matin ou en fin d’après-midi. Les pellicules à 200 ou 400 ASA ou donnent de riches densités de couleurs. L’utilisation du flash est généralement interdite dans les tombeaux et les musées ; rejetez les offres des gardiens, qui acceptent parfois moyennant un bakchich.


    Egypte-1.gif

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique