• Pour le clergé d’Hermonopolis, il était le grand démiurge sous sa forme de babouin. Plus tard, représenté sous la forme d’un homme à tête d’ibis ou comme un ibis, il devint le patron des scribes en tant qu’inventeur de l’écriture et maître du langage. «Secrétaire perpétuel » de l’assemblée des dieux, c’est lui en effet qui consigne les annales royales, et tient le compte des péchés des hommes.


    Image18.gif


    votre commentaire
  • Représenté sous la forme d’un homme à tête d’animal fantastique, mi-lévrier, mi-âne, le frère maudit d’Osiris, dieu du chaos et du désert stérile, fut pourtant considéré comme divinité nationale à l’époque thinite (3150-2635), puis, bien plus tard, par les Hyksos (1650-1539) qui l’assimilèrent au dieu sémitique Baal, maître de la foudre et de l’orage.


    Image17.gif


    votre commentaire
  • Horus, dieu à tête de faucon, fils d’Isis et Osiris, c’est l’une des divinités les plus complexes de l’Egypte ancienne : il n’y as en effet pas un, mais plusieurs Horus à travers l’Egypte, dont les mythologies ont fini par se confondre de manière assez confuse. Le plus ancien semble être le fils de Rê, le dieu faucon associé au Soleil. C’est à une de ces formes d’Horus qu’est consacré le temple d’Edfou. L’autre Horus est le fils d’Osiris, qui dut combattre son oncle Seth, dieu du mal, pour venger le meurtre d’Osiris. Le pharaon était considéré comme l’incarnation d’Horus de son vivant, et « l’œil d’Horus », qui symbolisait la perfection et protégeait comme le mal, fut le précurseur des amulettes bleues que l’on trouve toujours en Grèce, en Turquie et dans le Moyen-Orient. Dieu du mal, mais aussi des calamités, Seth était à l’origine des orages et des inondations.


    Image16.gif


    votre commentaire
  • Déesse du ciel et reine de la nuit, Nout était la mère d’Isis, Osiris, Seth et de la déesse Nephthys. Elle est l’une des divinités primordiales de l’Ennéade éliopolitaine. On la représente le corps courbé, touchant la terre des mains et des pieds. Chaque soir, elle avale le Soleil qui poursuit sa course nocturne à travers son corps et chaque matin, elle lui donne naissance à nouveau. Elle était également l’épouse (et sœur) de Geb, dieu de la terre figuré comme un homme allongé. Geb partagea l’Egypte entre ses fils ; il remit la Haute-Egypte à Seth et la Basse-Egypte à Osiris.

    Image15.gif

    2 commentaires
  • La belle femme aux cornes de bovin, représentée aussi sous la forme d’une vache paisible et nourricière, était la déesse de l’amour et de la joie. Le sistre, son instrument de prédilection, fournit un thème décoratif aux temples qui lui sont consacrés, le plus connu étant celui de Dendera.


    Image14.gif

    votre commentaire
  • Le dieu de la mort Anubis, doté d’une tête de chacal ou comme un chacal couché, présidait à l’embaumement et la momification qu’il aurait pratiqués pour la première fois sur le corps d’Osiris. Selon le livre des morts, c’est lui qui jugea le pharaon après sa mort, mesurant le poids de son cœur par rapport à la plume de la vérité. Sa peau noire évoque le limon noir du Nil. Il assiste les morts lors de leur comparution devant le tribunal d’Osiris et se charge de vanter leurs mérites devant le seigneur des Occidentaux.

    Image13.gif

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique